sábado, 22 de agosto de 2015

Industrialization of elephant poaching in Mozambique


Incineration is not good enough because law reinforcement is lacking
Estacios Valoi 

22/08/15
Millions and millions of meticais in ivory still disappear from Mozambique smuggled to China with involvement of Mozambican leaders feeding the poaching “industry” mainly from North of the country.
The illicit poaching crime syndicate involving Mozambican officials and Tanzanian and Somalian citizens operating from within the north side of the country in ivory trafficking on “industrial scale” even surpasses statistics previously announced by some environmental organization such as WSC of between 800-1500 elephants slaughtered annually.

Officials recently destroyed about 2.4 tons of ivory tusks and 193 kg of rhino horn seized last May in Maputo in an attempt to starve this industry. According to Carlos Sera Junior, the gesture sent out a message “…about the strength of our commitment” to conservation, with Land, Environment and Rural Development Minister Celso Correia lighting the bonfire.
Not good enough
This is however just a fraction of tons of ivory, kept in other warehouses within the country and at risk of being stolen by the authorities as it happened with elephant tasks taken from the Agriculture Ministry’s offices in Inhambane and Maputo Provinces in 2011, including the firearms used on the illicit activities aimed at supplying an industry involving police and other officials of the judiciary system.

 Industrialization 
This industry has been growing for years. In 2011, about four tons of ivory tasks where burned in Cabo Delgado province’s Quirimba National Park. These tusks were seized after the closed trucks used for transporting the illicit ivory broke down about 2 kilometers from the rangers’ check point in the park. “It took place at the time where we had many elephants,” said one source.
Behind this were well-organized syndicates, organizing everything from transportation to crossing the police and agriculture officials’ check points with ivory from elephants poached at Bilibiza lagoon, Metupe-Npule, and villages along the Montepuez River
The same powerful officials are also part of these crime syndicates, operating on industrial scale, with several cases pointing at the involvement of officials attached to national security institutions. Said one source: “We saw it at the critical time when soldiers,…helicopters were involved in 2009/2010”  in (QNP)-Cabo Delgado province.”

Poachers such Manuel Carona from Montepuez are linked to the former Cabo Delgado agriculture director and slaughtered between six to ten elephants, with no action ever taken against him. It happened at the time when the current Mozambican Agriculture Minister was Cabo Delgado province’s Governor.
This case was brought to the former Cabo Delgado Governor José Pacheco’s attention in 2009 by Jose Dias, currently Gile National Reserve administrator in Zambeze Province.
Dias at the time was working for the provincial Agriculture department when Manuel Carona, together with a Portuguese national who was the manager of Negomano Safaris, poached six elephants. Corona’s UNIMOG truck was seized with dried elephant meat in Nambo Village-Mucojo as he was on his way to trade the meat in Mueda and Muedume districts.
The truck was taken to Mozambican police headquarter in Macomia. At the time, Jose Pacheco absent from the province and his deputy by Mister Vingua, former Plan and Financial province director, took charge of the case. Dias and Mozambican criminal police investigators pursuing the case were suspended by Alexandre Vingue after submitting their report.
“Governor Pacheco, back to Pemba, released a dispatch for all the governors in North of the country stating that Carona should not be accepted as an operator,” Dias said.
“Carona brought poachers from Montepuez - and today, he is the manager of Majune Safaris in Niassa province,” said another source contacted by this reporter. Indeed, the new wildlife conservation bill still has some gaps and big bonanzas for the criminal syndicates, and many a “prosecutor was still protecting his own people."


Court Case
“Judge, prosecutor benefit poachers”
Agriculture Ministry, Tourism and Interior, Law n-10/99, 7 June Forest and wildlife Bill
Decree n-12/2002, 6 June  Given competence for the agriculture, tourism and interior minister to approve the statute of the inspector of forest and wildlife; article 107,Maputo June 2006
Article 43 (Repressive tools and use)
1-      The ranger as a right to carry and use a firearm even without a license during his duty and its legitimacy use of it protecting states, self-defense or protecting other rangers on their duty cannot be criminalized.

2-      The rangers will only use force or firearm under high rational risk circumstances for his own physical or third person’s integrity; Or before a citizen his  confirmed resistance for the ranger’s  inspection during his duty or law measure applications
In March 2015, a joint operation by Rangers from Niassa National Reserve (NNR), Luwire Camp and by officials from Mozambican Police based in Marupá on pursuing poachers was held in the Reserve. During the operation five poachers were arrested and their two firearms confiscated. 
 Seven rangers from NNR, Luwire Camp and police officials where herd judged in Mecula court alleged by excessive use of force during poachers’ questioning.
In court the female judge, mainly Danilo Tiago the Mecula prossecutor defended the poachers. He even said we rangers have to pay the poachers, he wrote it in a paper and held it to the judge.” Said a ranger
 The other firearm, a .375, was confiscated from 19-year-old Rachide Chaibo (“Issa”), who remained in jail because he could not pay the bail. Chaibo confirmed to the Mecula court that the firearm belongs to his uncle Issufo, a poacher who was beaten up first by the rangers and later by police official, resulting injuries that saw him later hospitalized for 10 days.
The fact is corroborated by one of the rangers.  “We did beat the poacher and later we took him to the police station and there he was excessively beaten up and they took him to the hospital. We even said it in court.” 
A The Tanzanian poacher arrested  Muricho Rachid Muricho  (who paid bail of 95 thousands Meticais ($3.275.862 and was released) was using a semi-automatic firearm which belonged Captain Joao(He is known as Captain Joao) of the Mozambican Army Defense Force (FADEMO), stationed at the Marupá district military headquarters. 
“The Tanzanian poacher said that the firearm belongs to Joao, the only one soldier -captain in Marupa. There is no other Joao and when we asked Joao he also did confirm that the weapon belongs to him and he gave it to the Tanzanian Poacher in order to infiltrates him inside the poachers’ network. He is a military and not a ranger, not authorized”. Said the rangers the court, police station never invited Joao for the hearing.
Recently on 28th June, Mecula court fined the NNR and Luwire rangers to between four to nine thousands met ($153 to 310) in damages to Issufo and three poachers from Lichungwe-Marupá in jail, payable by 7th August 2015. Issufo today is back at his business, running a taxi in the Mecula-Marupá area.
The real problem was the administrator and prosecutor Cornelio, the rangers said.   In October 2014, six rangers (three each from NNR and James’ block) caught poachers during an operation held in the Rovuma River area. But then they were arrested by the police border patrol - because the poachers were working for them.  One of the NNR rangers was beaten so badly, he was hospitalized for a month.  No action was taken against the border police. “Cornelio, including the Mecula prosecutor, did nothing about this case, and now we have to pay theses poachers or go to jail!” said one of the rangers involved.
The rangers allege that Antonio Bernardo had told them he and Paul Nhenge had paid Mecula prosecutor Danilo Tiago and the chief of police operations a bribe of USD $16, 129. Tiago had previously denied any knowledge or involvement in this.
Recently on 05/08/15 Felisberto Mutereua the Chimbunila- Administrator and other seven people were detained by rangers ‘poaching’ inside Maua forest. The case was taken to police station and to the Mozambican general Attorney in district where the  defendant, administrator was heard by a prosecutor and later released. “He has firearm possession and hunting permits like many people I do know here. The others were never been in police station or in a hearing session with prosecutor! And he was granted a holiday while the others remain behind bars   Says a source in Lichinga. 

Wildlife and forest conservation law.
In spite of the Penal Code’s Article 253 having been stiffened on September 9 last year, several repeat offenders still walk free and Mozambique still was awash in a sea of illegal AK-47s.
Two crimes, poaching and illegal firearm possession, can result in about 24 years imprisonment but this new bill, is made only for poachers, in general poor people and benefits  the kingpins getting rich and rich on trade , exportation of product from poaching even on  timber looting. Kingpins are not imprisoned; they are condemned only to pay a bail and are set free by the Judicial System.
And yet, Mozambique is always present at all international meetings on environmental issues, the rangers bitterly remarked.


segunda-feira, 17 de agosto de 2015

L'extermination des éléphants du Mozambique





Une enquête menée sur un an en 2014 a révélé la complicité des autorités dans le braconnage et le commerce de l'ivoire .

Estacios Valoi 03 Oct 2014 M&G
A 'problem' elephant's carcass, killed in Quirimbas National Park. According to environmentalists, poachers who are captured can usually bribe their way out of trouble. Photo: Estacios Valoi/Oxpeckers



En Septembre 2014 les écologistes ont averti que le braconnage pour l'ivoire est à présent mené à une échelle industrielle par des groupes organisés. Entre 1 500 et 1 800 éléphants sont tués par an, principalement dans le nord du Mozambique.

Dans la Réserve nationale de Niassa , la plus grande réserve animalière du pays , la World Conservation Society (WCS) a dénombré 22 éléphants braconnés lors des deux premières semaines de Septembre 2014.

« L' abattage des éléphants dans le nord du Mozambique a atteint des proportions phénoménales.  Il s'industrialise », a déclaré Carlos Pareira, conseiller de la WCS.

Entre 2009 et 2013, la population d'éléphants de Niassa est passée de 20 374 à moins de 13 000.

Selon Cornélio Miguel, le responsable de la réserve, cinq éléphants sont, en moyenne, tués tous les jours.

Dans le Parc National des Quirimbas , la population d'éléphants est passée d'environ 2 000 en 2008 à 517 en 2011, selon le Worldwide Fund for Nature (WWF).

Baldeu Chande, le responsable des Quirimbas, estime à présent que le parc dispose de 790 éléphants au maximum. En moins d'une semaine, au moins trois carcasses d'éléphants victimes de braconnage ont été trouvées dans le parc.

Le gouvernement mozambicain a mis en place un groupe de travail national impliquant plusieurs ministères, afin de protéger les ressources naturelles. Un peu plus tôt cette année, il a présenté un projet de loi prévoyant des peines de prison de 8 à 12 ans et des amendes entre 4 425 $ et 88 500 $, pour les braconniers des espèces protégées.


Un réseau de complices

Mon enquête, qui a commencé en Novembre 2013, dévoile une complicité des autorités dans le braconnage, impliquant les pouvoirs administratifs, judiciaires et fiscaux des provinces du nord de Cabo Delgado et de Niassa.

Les équipes de braconnage sont constitués de chasseurs Mozambicains, Tanzaniens et Somaliens utilisant des armes de haut calibre. Ils acheminent leurs produits illégaux, principalement destinés à la Chine et au Vietnam, à travers les ports, les aéroports et les frontières mozambicaines.

Jusqu'au mois de Mars 2014, malgré la législation sur la conservation de la forêt et de la faune, ils ne recevaient que de petites amendes lorsqu'ils étaient attrapés. En Avril, un projet de loi a été approuvé établissant des peines de prison de deux à huit ans pour les braconniers.

Mais les documents montrent qu'en dépit des lois, les autorités facilitent ces crimes. Certains vendent des armes et munitions, des uniformes militaires et des bottes, pendant que d'autres accélèrent la libération des détenus en faisant disparaître les preuves.


Le système judiciaire

L'enquête a révélé 15 affaires de braconnage dans le Parc national des Quirimbas, ayant été transmises, sans résultat, à la police d'investigation criminelle, au procureur et au tribunal provincial. Certains braconniers s'étant même ostensiblement promenés avec des AK-47 ont été libérés.

Quatre braconniers présumés ont été arrêtés dans les Quirimbas, en 2010, après avoir tué trois éléphants.
Des accusations ont été portées à l'encontre des membres d'un groupe de criminels, Manuel Kachupa, Jorge Salimo, Luis Assima et António Amisse. Ils ont vite été libérés.

Au cours d'une opération contre ce même groupe de braconnage en 2011, 106 munitions d'AK-47 et plus de 140 000 meticais (3200 €) en espèces ont été saisis. Cette fois Luís Assima, à la tête du groupe, eut vent des arrestations et partit la veille avec un autre accusé, Manuel Kachupa, chasser avec trois armes automatiques.

Kachupa est un chef de file semblant intouchable. En Août 2011, il a été capturé avec plus de 90 000 meticais (2100€) en espèces et une semaine plus tard il a été libéré après avoir payé un «acompte» de 20 000 meticais (470€) .

Dans une autre affaire, après avoir pris la tête d'un groupe de six braconniers chassant des éléphants, il a réussi à s'échapper avec un fusil, des munitions et trois queues d'éléphants. Il a été rattrapé et détenu dans une prison à sécurité maximale, mais il a été libéré quatre jours plus tard.

Ce ne sont là que quelques affaires parmi tant d'autres, concernant la possession de produits d'éléphants, de grandes quantités d'argent, d'armes à feu et munitions illégales, qui ne sont pas suivies d'une action juridique.

Pour sa défense un policier a affirmé qu'il n'a pas assez d'argent pour nourrir les braconniers en prison. Un autre a prétendu qu'un «acompte» de 15 000 meticais garantissait une sortie de prison.

Contacté pour commenter ceci, l'actuel procureur de la province de Cabo Delgado, Bernardo Mecumbua, a dirigé le journaliste vers son porte-parole, le procureur adjoint Armando Wilson.

Wilson nous a indiqué que dans les deux derniers mois, quatre affaires de braconnage avaient été portées devant les tribunaux et que d'autres suivaient leur cours. Mais il n'a pas été en mesure de donner des détails sur les affaires, ni sur celles arrêtées, ni sur celles dont les braconniers ont été libérés.


Des « éléphants à problèmes »

Dans la province de Cabo Delgado, le chef du district Ancuabe Eusébia Celestino, et le secrétaire en chef du village de Muaja, Horace Radio, fournissent des armes utilisées pour l'abattage de soi-disant « éléphants à problèmes ». Ils affirment qu'ils détruisent les fermes autour du Parc national des Quirimbas.

Pendant quatre jours, j'ai accompagné des braconniers dans le district de Ancuabe et fouillé les forêts à la recherche d'éléphants. Mais ils étaient méfiants et nous ont évités.

Nous avons vu des bûches de Pau Preto ( Dalbergia ), une espèce de bois dur, disséminées à travers les forêts, en attente d'être collectés. Cette semaine, les braconniers et les bûcherons illégaux étaient au courant de notre présence ; certains nous ont même dit : " C'est mauvais, il n'y a pas d'affaires. "


Les braconniers et les habitants

A Muaja, le chef de village Horace Radio a nié son implication dans le braconnage, malgré le fait que les habitants aient pu prouver le contraire.

Environ 10 éléphants ont été abattus à Nonhala, Namaika et sur la rivière Montepuez. Ils ont été abattus de jour, "contre le vent, une balle dans le front ou le c?ur, l'éléphant tombe sur le champ". Les groupes de tueurs sont composés de trois à six personnes, incluant les gardiens et les «scouts» (éclaireurs).

C'est une procédure rapide : les braconniers attrapent, tuent, coupent la chaire de la tête de l'éléphant à la hache, récupèrent les défenses et les livrent aux clients : les propriétaires et/ou fournisseurs d'armes.

«J'avais un pistolet que le manager nous avait donné, de la part du chef du village qui l'avait lui-même reçu des mains du responsable du parc en personne," dit l'un du groupe.  «  Le secrétaire m'a appelé pour que j'aille tuer des éléphants,» a t-il raconté. « J'ai abattu deux éléphants, une grande femelle et sa progéniture. Nous avons reçu la troisième arme, un Mauser russe, des mains d'un agent du fisc, Terenciano Faire, dans le parc national des Quirimbas. Il a travaillé dans un village, New Zambezia, où nous massacrions aussi des éléphants des Quirimbas. Il est maintenant à Incole-Chaimite dans le district d'Ancuabe ».

Un second braconnier a confirmé les dires de son coéquipier : « L'administration nous a fourni deux pistolets, dont un de marque russe. On nous a emmené à New Zambezia parce qu'un éléphant avait agressé une femme qui a fini par en mourir. Nous avons abattu cet éléphant. Nous n'avons rien eu, pas d'ivoire, pas d'argent, pas de viande. Ils nous ont demandé de tuer des éléphants en nous promettant de gagner quelque chose, mais jusqu'à présent nous n'avons rien eu ».

A Muaja, une autre arme a été livrée à un braconnier par "un ancien major militaire" nommé "Emilio". "C'était un Mauser russe pour moi et mon ami, dans le but de braconner" nous a t-on dit. "Nous avons attrapé un éléphant, nous l'avons abattu et nous avons pris son  ivoire. Nous avons également massacré des éléphants dans la zone de la lagune".

Elephant numbers in Mozambique

Le troisième braconnier, un ex-soldat appartenant à un autre groupe de braconniers en 2012, a également reçu un «Mauser russe venant d'un responsable officiel. J'ai abattu un éléphant dans la zone de Matuine. Le chef du district a pris le pistolet, l'ivoire, la viande, et il est parti ".

Au Quirimbas l'administration ne dispose d'aucune autonomie officielle dans l'abattage des éléphants, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du parc. Les animaux « posant problème » doivent être suivis par le ministère provincial de l'agriculture, qui devrait simplement faire déplacer l'animal, et non pas l'abattre.

De tous les éléphants abattus sur ordre officiel au cours des quatre dernières années, ni l'administration du parc, ni la direction provinciale de l'agriculture de Cabo Delgado n'ont reçu de l'ivoire. Ces informations ont été confirmées par les deux institutions.


Le commandant de police de Pemba

Le département du ministère de l'agriculture et de la faune sauvage de Pemba a confirmé que les districts suivants avaient participé au trafic de défenses d'ivoire : Mueda - 18, Mocimboa da Praia - 16, Muidumbe - 1. Aucunes défenses ne venaient du district d'Ancuabe.

Selon des sources sûres, le commandant de la police provinciale, Dora Manuel Manjate, a abusé de son pouvoir à Pemba pour faciliter le passage de l'ivoire, de rubis et d'autres produits illicites pour la clientèle chinoise.

La police et les fonctionnaires des douanes se sont interrogés mais « nous sommes menacés par le commandant et par la société forestière Mofid (Mozambique First International Development), complice du commandant ».

Les marchandises illicites sont souvent cachées parmi le bois transporté dans des conteneurs d'expédition. «Lorsque nous avons fouillé et trouvé des marchandises illicites, Mofid, directement relié à Dora Manjate, nous a dit que nos chiens les dérangent. Le chef de la station est arrivé et nous a dit de partir ».

Selon des sources sures, la clientèle chinoise a contribué à une nouvelle maison et un nouveau véhicule a Manjate, « un 4×4, l'un de ces nouveaux modèles, un modèle non attribué à la police. »

Une de nos sources dans le port a affirmé que récemment, à la demande du commandant Manjate, un policier ayant essayé de récupérer un conteneur dans la forêt a été enfermé dans une cellule pendant huit jours. « Nous avons peur de rechercher un conteneur dans le port lorsqu'il appartient à Mofid. ». Après autorisation du conseil municipal de Pemba, nous avons fouillé la maison du commandant Manjate, située à environ 200m de la plage avec une vue imprenable sur l'océan.

En entrant dans la maison en construction, nous avons trouvé des travailleurs mozambicains appartenant à une société chinoise, CN-Balcony Buildings. Selon eux, la construction coûtera 1,1 millions de meticais à la région.

Estacios Valoi est un associé de Oxpeckers Centre for Investigative Environmental Journalism.
Cette enquête d'un an s’appuie sur des preuves documentaires et photographiques. Elle a été financée par The Fund For Investigative Journalism (FIJ).